Le regard de l’expert sur le mobilier et les objets d’art

Publié le 25/04/2017 | Par Michel ROUQUETTE

Article Web

Comment évaluer puis assurer des objets d’exception ? Réponses avec les spécialistes des Expertises Galtier.

Meubles anciens, bijoux, tapis, toiles de maitre…qu’ils aient une valeur purement affective ou une valeur marchande élevée, les mobiliers et les objets d’art donnent généralement lieu en cas de sinistres à d’âpres discussions entre assurés et assureurs. En effet, les compagnies sont plus sévères dans les conditions d’exécution des contrats MRH lorsqu’il s’agit d’un bien d’exception plutôt que d’un objet usuel dont la valeur est connue de tous. D’où l’importance d’évaluer au préalable le patrimoine de son client afin d’éviter tout conflit au moment du règlement…

Une estimation sur mesure

L’estimation donne lieu à une première évaluation et à la rédaction d’un descriptif détaillé de l’objet (matière, signe distinctif, dimensions/poids, époque, style…).

L’évaluation est ensuite effectuée en fonction des ventes et cotations des salles de vente, et non par rapport aux prix en galeries. En ce qui concerne l’assurance, la valeur des objets est déterminée au jour du passage de l’expert, en valeur de remplacement. Il s’agit du montant moyen observé sur le marché que devrait engager le propriétaire pour acquérir un objet de qualité similaire. Les experts recensent donc les prix réalisés en hôtel de vente et constituent ainsi une base de données actualisée au quotidien. Michel Rouquette, expert chez Expertises Galtier recommande « de faire procéder tous les 5 ans à une mise à jour des expertises afin de tenir compte des variations du marché et des modifications du patrimoine ».

Pour certains objets très spécifiques comme les objets de fouille, les pièces de monnaie et les médailles, les autographes, les véhicules, les armes ou encore les arts primitifs, le recours à un spécialiste, autre qu’un expert, est parfois nécessaire pour authentifier puis évaluer les objets. Et quelle que soit la valeur du bien, Thierry Thomas, expert régleur sinistre chez Expertises Galtier explique que : « la production d’une expertise préalable en matière de mobilier et objets d’art permet la souscription d’un contrat d’assurance adapté au besoin total ou partiel de la valeur à assurer soit en valeur agréée soit en valeur déclarée ».

Deux types de contrats d’assurance

 

« Les prix des biens de qualité supérieure se sont envolés »

« Le marché d’aujourd’hui est le reflet de la société, avec une clientèle très riche qui ne connaît pas la crise et une clientèle moyenne supérieure qui souffre. Et si le marché de l’art est propre à son époque, on note que l’air du temps est à la marque de l’objet plus qu’à la nature de l’objet lui-même. Les prix des biens de qualité supérieure se sont envolés alors que le marché de qualité moyenne supérieure s’est effondré. Un siège Louis XV de qualité moyenne supérieure a perdu aujourd’hui 80% de sa valeur. On observe néanmoins que le marché du vintage, le mobilier des années 70, les nouveaux designers, les métaux précieux, les peintures et sculptures contemporaines se porte excessivement bien dans un marché global devenu selon certains, insipide ».

 

 

Retour